[Actualités] Contreverses sur les jeudis « Food trucks » au Parc Rambot

Ces soirées « food trucks » rencontrent un vrai succès populaire, dans une ambiance très bon enfant, auprès d’un public varié mêlant familles avec enfants, très nombreux trentenaires et dans une moindre mesure, quinquagénaires et seniors.

C’est bien là l’esprit que nous souhaitons pour animer notre nouvelle place comtale.

Nous devons reconnaître que ces soirées sont remarquablement bien organisées et encadrées. Les jeunes promoteurs agissent avec sérieux et responsabilité, procédant à un complet nettoyage du parc en fin de soirée. Ils ont accepté de modérer le niveau sonore de leurs accompagnements musicaux et de les arrêter dès 22h30 comme signe de bonne volonté vis-à vis des riverains.

Cependant, pour avoir assisté à plusieurs de ces soirées, nous devons admettre que leur répétition, à un rythme aussi rapproché que la semaine constitue une vraie gêne pour tous ceux qui, malgré les efforts des musiciens, ne peuvent plus ouvrir leurs fenêtres sans être assourdis. Les musiques contemporaines ne peuvent se passer de basses. Or ces basses franchissent allègrement tout double-vitrage, aussi épais soit-il !

Lors de la réunion de médiation du 12 juin 2019 à l’hôtel de ville,à l’initiative de l’APADEM, les organisateurs ont déclaré qu’un rythme moins fréquent ou alternant plusieurs lieux pour ne pas toujours gêner les mêmes personnes compromettraient leur modèle économique. Il s’agit donc, en réalité, d’une opération commerciale ?

Est-ce vraiment la vocation d’un parc de verdure, un des rares en centre-ville d’Aix en Provence d’héberger des opérations à visée commerciale ? surtout le parc Rambot, protégé par un legs qui, en principe, l’interdit !

Nous, APADEM, pensons qu’il serait utile de réunir les acteurs du centre-ville (CIQ concernés, associations comme l’APPEA et nous-mêmes, direction des espaces verts, de l’espace public et de l’événementiel, syndicats de commerçants et de bars-restaurants etc. …) pour définir ensemble une vraie politique du centre-ville avec une vision globale de ce que doit être (ou ne pas être) l’animation dans nos quartiers historiques :

  • Nature,
  • Fréquence
  • Impacts sur les riverains, commerçants, environnement
  • etc. ;;

Certains évènements sont inappropriés dans certains lieux. Discutons-en ! car

c’est par la concertation que l’on peut créer l’acceptation

Les commentaires sont clos.