[Actualités] Petit à petit, nos idées font leur nid !

Depuis le début de ses échanges avec les responsables de la mairie, l’APADEM insiste sur la nécessité d’un certain équilibre entre les différents acteurs et usagers du centre historique, les activités qui y sont exercées, préservant une diversité des commerces et services ainsi qu’un esprit « grand village ».

Nous souhaitions faire prendre conscience qu’une loi du marché trop libérale, le laisser-faire qui semblait être la règle jusqu’à présent, pouvait nous conduire à des dérives regrettables comme :

  • la prolifération incontrôlée des terrasses de cafés-restaurants qui nuisent à la bonne « marchabilité » dans la ville (cf l’exemple repoussoir de la place des Cardeurs !)
  • un tourisme de masse  déversant des troupes nombreuses de visiteurs déambulant dans nos rues sans réelles retombées pour le commerce, telles les colonnes de croisiéristes,
  • des commerces de bouche qui disparaissent au profit de fast-food ou de boutiques de « souvenirs typiques » pour touristes etc..

Il n’est pas question, bien sûr de rejeter en bloc des touristes qui font la notoriété de notre belle ville, ni de fustiger toutes les terrasses de café où nous apprécions, nous aussi, de pouvoir nous attarder. Mais il s’agit de faire en sorte que les uns ne prennent pas trop d’importance par rapport aux autres, et notamment par rapport aux Aixois que nous sommes et qui souhaitons pouvoir continuer à vivre agréablement dans notre ville.

Nous voulons réaffirmer que l’espace public est, comme son nom l’indique, PUBLIC, et qu’il doit être partagé par tous et non accaparé par certains dans un but mercantile.

C’est pourquoi l’APADEM apprécie les récentes décisions prises en conseil municipal et relatées dans la presse, faisant état d’une « reprise en mains » des commerces et des logements. A ce sujet, nous avons appris avec satisfaction que deux établissements récents qui avaient commencé à installer leur terrasse place des Tanneurs se sont vus contraints de les supprimer.

Une étude de la SPLA* évoquée dans la Provence du 23 septembre 2018 fait apparaître la très forte prédominance des restaurants et snacks dans le secteur sauvegardé (24,2% des établissements commerciaux), alors que les commerces de bouche et de distribution alimentaire ne représentent que 5,4% et 4,5% respectivement. C’est pour remédier à de tels déséquilibres que l’APADEM réclame des mesures de régulation des activités commerciales.

Les décisions annoncées lors du Conseil municipal du 28 septembre 2018 vont dans ce sens. Espérons que leur application pourra se concrétiser rapidement. (voir l’article de La Provence du 10 octobre 2018).

 

  • SPLA =  société publique locale d’aménagement au service du Pays d’Aix

 

Les commentaires sont clos.